Je crains de retourner sur mon lieu de travail à cause du COVID-19. Que puis-je faire?

Prestation canadienne de maladie pour la relance économique (PCMRE)

Si vous n'allez pas au travail parce que vous courez un risque élevé de contracter la COVID-19, vous pourriez être en mesure de recevoir la Prestation canadienne de maladie pour la relance économique (PCMRE). La PCMRE offre 500 $ par semaine. Elle est offerte au moins jusqu'au 7 mai 2022. Vous pouvez en savoir plus à la question : Qui a droit à la Prestation canadienne de maladie pour la relance économique (PCMRE)?

De nombreux employeurs de l'Ontario ont rouvert les lieux de travail. Toutefois, les employés pourraient craindre d'y retourner en raison du risque d'attraper le COVID-19.

Cela pourrait être votre cas si votre système immunitaire est faible ou affaibli.

Normalement, votre patron s'attend à ce que vous reveniez travailler. Il ne suffira probablement pas de dire que vous voulez rester à la maison parce que vous avez peur d'attraper le COVID-19. Toutefois, il y a des cas où vous pouvez rester à la maison.

Si vous courez un risque supplémentaire

Certaines personnes courent un risque supplémentaire de contracter la COVID-19 si elles retournent sur leur lieu de travail. Par exemple, vous pourriez être à risque si vous souffrez d'une maladie qui vous rend plus vulnérable, comme le diabète ou une maladie cardiaque.

Si telle est votre situation, vous avez 2 options:

Demander une mesure d’adaptation

Le Code des droits de la personne de l'Ontario dit que les employeurs ne peuvent pas discriminer les employés sur la base de leur sexe, leur race, leur situation familiale ou leur .

Cela pourrait être une si votre lieu de travail vous expose à un risque accru de contracter la COVID-19 en raison d'un handicap que vous avez. Par exemple, il pourrait s'agir de discrimination si vous avez un système immunitaire affaibli et que votre employeur est au courant de votre handicap mais vous oblige quand même à venir au bureau.

Votre employeur peut demander des documents médicaux qui prouvent que vous avez un handicap.

Pour éviter toute discrimination à votre endroit, votre employeur peut être amené à vous proposer des conditions de travail différentes qui ne vous mettent pas en danger. Ceci s'appelle «adaptation» et pourrait inclure de:

  • vous permettre de travailler de la maison
  • vous permettre de travailler à des heures différentes, ou
  • vous donner un endroit sécuritaire où le risque d'infection est moindre.

Votre employeur ne doit vous accommoder qu'au point de «». Cela signifie qu'il n'a pas à vous accommoder si ce serait trop difficile. Par exemple, si le travail ne peut être effectué de la maison, il n'a pas à vous l'autoriser.

Obtenir de l’assistance lorsque vous demandez une mesure d’adaptation

Cela peut être un domaine complexe du droit. Si vous envisagez de demander une mesure d'adaptation, vous voudrez peut-être d’abord obtenir plus d’informations.

Vous pouvez également contacter le Centre d’assistance juridique en matière de droits de la personne pour obtenir des conseils et des renseignements juridiques gratuits. Le Centre peut vous aider à comprendre:

  • si votre situation est l'objet d'une discrimination;
  • si vous pouvez faire des choses pour convaincre votre employeur de vous accommoder;
  • si vous pouvez présenter une demande auprès du Tribunal des droits de la personne de l'Ontario;
  • les preuves qu'il vous faut pour prouver que votre employeur exerce une discrimination à votre égard.

Prendre le congé spécial en raison d’une maladie infectieuse

Si vous ne voulez pas demander de mesure d'adaptation ou si vous ne pouvez pas être accommodé en raison de votre travail, votre option supplémentaire est de prendre le congé spécial en raison d’une maladie infectieuse. Il s'agit d'un congé sans solde.

Si vous souhaitez prendre ce congé, vous devez en informer votre employeur le plus tôt possible.

Si vous prenez un congé parce que vous souffrez d'une maladie qui vous rend plus vulnérable au COVID-19, vous n'avez pas à donner une note médicale à votre employeur.

Mais votre employeur peut demander une preuve «raisonnable». Vous devrez donc probablement lui expliquer pourquoi vous avez besoin du congé.

Vous pouvez avoir jusqu'à 3 jours de congé payés en raison d'une maladie infectieuse. Il n'y a pas de limite de jours non payés pour ce type de congé. Vous pouvez prendre le congé non payé aussi longtemps que vous en avez besoin. Cela signifie qu'il peut durer jusqu'à la fin du motif pour lequel vous l'aviez pris. Par exemple, si votre système immunitaire est affaibli à cause des traitements médicaux et que vous arrêtez de prendre ces médicaments, vous devrez retourner au travail une fois que cela sera sécuritaire.

Les jours payés sont disponibles jusqu'au 31 juillet 2022. Le gouvernement n'a pas indiqué la date de fin du congé.

Autres options

Si vous avez des jours de vacances, vous pourrez peut-être les utiliser avant de prendre le congé spécial en raison d'une maladie infectieuse. Et si vous avez des congés de maladie payés, vous pourriez les utiliser selon la politique de congés de maladie de votre employeur.

Même si vous disposez de ces autres options, vous n'avez pas à les utiliser. Vous pouvez choisir de prendre le congé spécial en raison d’une maladie infectieuse si vous préférez.

Quelle que soit l'option que vous choisissez, assurez-vous d'en informer votre employeur dès que possible.

Obtenir de l’assistance juridique

Si vous ne vous sentez pas en sécurité au travail et que votre employeur ne vous laisse pas travailler de la maison, vous voudrez peut-être obtenir une assistance juridique.

Cacher ce site