Que dois-je faire si un membre de ma famille décède du COVID-19?

Peu importe le lieu du décès du membre de votre famille, un médecin, une infirmière ou un coroner qualifié doit officiellement certifier le décès et délivrer un certificat médical indiquant:

  • e nom de la personne;
  • Le lieu du décès;
  • Le moment du décès;
  • La cause médicale du décès;
  • La précision si la mort était d'origine naturelle.

Membre de la famille décédé à la maison

Si le décès d'un membre de votre famille est «assisté», cela signifie qu'un médecin ou une infirmière qui lui fournissait des soins était présent lors de son décès. Le médecin ou l'infirmière certifiera son décès et vous aidera à comprendre la marche à suivre.

Si le décès d'un membre de votre famille est «sans surveillance», la personne qui le trouve doit appeler le 911. Les ambulanciers paramédicaux et la police viendront. Les ambulanciers décideront soit d'essayer de le réanimer, de l'emmener à l'hôpital ou d'appeler le bureau du coroner pour certifier son décès.

Pendant l'urgence COVID-19, les premiers intervenants porteront, au besoin, un équipement de protection individuelle (EPI). Ils vous donneront également des instructions sur le port de masques et la distanciation physique.

Membre de la famille décédé dans un hôpital ou une maison de soins infirmiers

Si un membre de votre famille décède dans un hôpital ou une maison de soins infirmiers, le personnel prendra des dispositions pour qu'un médecin certifie son décès et décide d'informer le bureau du coroner. Le corps sera transféré à une morgue et y restera jusqu'à ce que le coroner décide si une autopsie est nécessaire. Le personnel contactera les personnes répertoriées comme contacts.

Informer le coroner

Le bureau du coroner doit être informé si:

  • la cause du décès est inconnue;
  • La mort était due à une maladie non traitée;
  • La mort était soudaine et inattendue;
  • La mort a été médicalement assistée;
  • Il semble que la mort ait été causée par des causes non naturelles, comme un accident, un suicide ou un homicide.

Si vous ou quelqu'un d'autre avez de sérieuses inquiétudes au sujet des soins que le membre de votre famille recevait avant son décès, ou s'il est possible qu'il ait été maltraité, le bureau du coroner doit en être informé. La police, les membres de la famille et les fournisseurs de soins médicaux sont aussi concernés.

Le coroner décidera si une autopsie est nécessaire. S'il y a une autopsie, vous devrez attendre qu'elle soit faite avant de faire les arrangements funéraires. Si une autopsie n'est pas nécessaire, le corps sera remis au salon funéraire choisi par la famille ou le fiduciaire de la succession.

Décès de suite du COVID-19

Si un membre de votre famille est décédé des suites d'une maladie à déclaration obligatoire, son décès sera signalé au médecin-chef de l'autorité de santé publique de sa localité par le qui a certifié le décès. Les exemples de maladies à déclaration obligatoire incluent le COVID-19, la tuberculose, l'hépatite et le sida.

Certificats de décès

Le bureau du registraire général délivre des certificats de décès officiels. Le certificat de décès indique la cause du décès.

Les directeurs funéraires délivrent également des certificats de décès que le fiduciaire de la succession peut utiliser pour administrer la succession. Ces certificats de décès n'indiquent pas la cause du décès.

Gestion de la succession

Lorsqu'un membre de votre famille décède, dans la plupart des cas, quelqu'un devra gérer sa succession. Il s'agit des actions telles que la réalisation des souhaits d'un testament, la résiliation des baux, la fermeture de comptes bancaires et l'arrêt des pensions et autres prestations. Ce sera fait par un fiduciaire de la succession désigné, si le membre de votre famille a fait un testament nommant un fiduciaire de la succession. S'il n'y a pas de fiduciaire de la succession désigné, un membre de la famille devra demander à être fiduciaire de la succession.

Cacher ce site