Que se passera-t-il si j’appelle la police parce que mon partenaire m’inflige des mauvais traitements?

4. Obtenez du soutien affectif

Vous pouvez parler de votre situation à quelqu’un en qui vous avez confiance, comme un médecin, un infirmier, un avocat ou un travailleur social.

Vous pouvez demander l’aide d’un ami ou d’un membre de votre famille. Toutefois, ces personnes ont parfois l’impression qu’elles doivent prendre votre parti ou celui de votre partenaire. Elles peuvent aussi ne pas saisir l’importance de protéger votre vie privée, surtout s’il s’agit d’un ami que vous avez en commun avec votre partenaire.

Vous pouvez parler de votre situation à des professionnels, qui pourront vous aider à quitter votre partenaire violent.

Voici des services avec lesquels vous pouvez communiquer en tout temps pour obtenir du soutien téléphonique :

Les appels passés à ces ressources sont anonymes; vous n’avez donc pas à donner votre nom et vos coordonnées.

Vous pouvez aussi appeler un refuge pour femmes victimes de mauvais traitements de votre région. La plupart des refuges ont du personnel qui répond aux appels jour et nuit. Vous pouvez également vous rendre dans un refuge pour y rencontrer un intervenant.

Pour rencontrer un intervenant, vous pouvez également communiquer avec un :

La plupart des personnes qui travaillent avec les enfants doivent signaler tout cas de mauvais traitements ou de négligence soupçonné à une . Si elles ne le font pas, des accusations peuvent être portées contre elles par la police. Ces personnes comprennent notamment les enseignants, les médecins, les infirmiers, le personnel des garderies, les conseillers familiaux, les travailleurs sociaux et les chefs religieux. Elles sont passibles d’une amende pouvant atteindre 1 000 $ si elles omettent de signaler un cas soupçonné de préjudice.

Cacher ce site