Je suis une personne âgée. Comment puis-je me protéger contre les mauvais traitements?

4. Pensez à appeler la police

Toutes les formes de mauvais traitements sont condamnables, mais ne sont pas toutes de nature criminelle. Par exemple, si un vous dit que vous n'êtes bon à rien, c'est une forme de mauvais traitements, mais pas un .

En revanche, s'il menace de vous blesser, ça pourrait en être un, même s'il ne met pas sa menace à exécution.

Si un membre de votre famille ou un ami vous demande de lui prêter de l'argent, mais qu'il insiste vraiment ou vous intimide, il pourrait aussi s'agir de mauvais traitements, mais pas d'un crime.

Il en va autrement si quelqu'un, même un membre de votre famille, prend votre argent sans vous le demander ou utilise votre identité. Pour en savoir plus, consultez la question Je suis une personne âgée. Comment savoir si je suis victime d’exploitation financière?

Quand les mauvais traitements sont un acte criminel

Au Canada, certains types de sont considérés comme des crimes : la , les agressions de toutes sortes, les menaces, etc.

On utilise le terme « mauvais traitements à l'égard des personnes âgées » pour désigner ce type de crimes lorsque la victime est une .

Si vous pensez être victime d'une forme criminelle de mauvais traitements, vous pouvez communiquer avec la police. Si la situation est urgente, composez le 9‑1‑1. Si elle ne l'est pas, appelez à votre poste de police.

Ce que la police peut faire

Si vous faites le 9‑1‑1 de chez vous, les policiers ont le droit d'entrer, même si vous ne voulez pas ou avez changé d'idée.

Voici ce que pourrait faire la police si vous signalez des mauvais traitements :

  • Vous demander d'expliquer en détail ce qui s'est passé, puis de signer votre déclaration des faits;
  • Demander à des voisins, des membres de votre famille ou des fournisseurs de services qui pourraient être au courant des mauvais traitements de faire une déclaration;
  • Prendre des photos de vos blessures;
  • Obtenir un rapport médical;
  • Demander à quiconque est au courant des mauvais traitements que vous auriez subis dans le passé – par exemple le personnel d'un hôpital ou votre médecin – de faire une déclaration.

Si la police croit que l'auteur des mauvais traitements a commis un crime, elle peut porter des accusations.

Si vous avez peur ou vous sentez incapable de signaler la situation à la police, demandez à quelqu'un de vous aider.

Si vous êtes inquiet de ce qui arrivera à l'auteur des mauvais traitements, demandez des explications aux policiers.

Si vous devez aller au tribunal

Si vous devez témoigner en cour, vous pourriez obtenir de l'aide et du soutien du Programme d’aide aux victimes et aux témoins. Vous pouvez demander à la police de vous aider à communiquer avec les responsables.

Vous pouvez aussi communiquer avec la Ligne d’aide aux victimes, qui :

  • donne de l'information et aiguille les clients vers les services de soutien;
  • fournit des renseignements sur le système de justice pénale.

L'information est disponible en plusieurs langues. Appelez au 1 888 579‑2888 ou au 416 314‑2447.

Cacher ce site