Mes conditions de cautionnement comprennent une interdiction de communication. Que faire si le plaignant persiste à communiquer avec moi?

1. Évitez les communications directes et indirectes

Habituellement, une condition de non-communication se formule ainsi :

« Vous ne devez pas entrer en contact ou communiquer, que ce soit directement ou indirectement, avec les personnes suivantes… »

La communication directe consiste à parler à quelqu'un en personne ou au téléphone, à lui envoyer un message texte, etc.

La communication indirecte est plus difficile à cerner. Il peut s'agir de messages que vous publiez sur les médias sociaux à l'intention de la personne et que celle-ci peut voir.

Ce peut aussi être des messages que vous transmettez par des amis.

Ne demandez pas à quelqu'un de transmettre pour vous un message à la personne visée par l'ordonnance de non-communication. C'est de la communication indirecte, et ce n'est pas permis.

Normalement, une condition de non-communication vous interdit de faire ce qui suit avec la personne visée :

  • lui parler en personne;
  • lui parler au téléphone;
  • lui envoyer des messages textes;
  • publier des gazouillis à son intention;
  • publier des statuts ou des commentaires sur Facebook à son intention;
  • lui envoyer des messages via les médias sociaux tels que Instagram, Snapchat et Twitter
  • lui envoyer des courriels;
  • demander à quelqu'un d'autre de lui transmettre un message.

Il peut toutefois y avoir des exceptions à ces règles; chacune des exceptions sera alors clairement indiquée. Si c'est le cas, assurez-vous de comprendre exactement ce que vous pouvez et ne pouvez pas faire.

Cacher ce site