Si la police me détient ou m’arrête, suis-je obligé de répondre à ses questions?

4. Gardez le silence

Quoi dire

Même si vous dites aux policiers que vous voulez garder le silence, il se peut qu'ils continuent de vous poser des questions et d'essayer d'obtenir une déclaration de votre part. Dans ce cas, vous pouvez leur dire, poliment : « Je ne souhaite pas faire de déclaration ni répondre à aucune question ». Répétez cette phrase autant de fois que nécessaire. En disant cela, vous leur signifiez clairement que vous voulez exercer votre droit de garder le silence.

Vos droits

Dans la plupart des cas, vous n'êtes pas obligé de répondre aux questions de la police. La Charte canadienne des droits et libertés vous garantit le droit de garder le silence. D'ailleurs, tout ce que vous dites peut servir de contre vous si vous êtes accusé d'une .

De plus, si vous mentez, vous pouvez être accusé d'.

Les policiers peuvent vous faire une mise en garde avant de vous demander une déclaration lorsqu'ils vous détiennent ou vous arrêtent, mais ils ne sont pas obligés de vous informer de votre droit de garder le silence.

Si vous ne demandez pas à parler à un avocat, ils peuvent continuer de vous questionner après vous avoir fait la mise en garde, mais vous n'êtes pas obligé de leur répondre.

Si la police vous détient ou vous arrête et qu'elle vous pose des questions, exercez votre droit à un avocat : demandez à parler immédiatement à un avocat.

Cacher ce site