Mon enfant a des difficultés d’apprentissage. L’école est-elle obligée de l’aider?

3. Assurez-vous de comprendre la décision du CIPR

Le comité d’identification, de placement et de révision (CIPR) est formé de 3 personnes ou plus, dont au moins un directeur ou surintendant de conseil scolaire.

Le CIPR ne prend pas toujours sa décision tout de suite. Par exemple, il a parfois besoin des précisions d’un médecin ou d’un autre professionnel.

Il vous donnera une copie de sa décision, et en donnera une à l’élève si celui-ci a 16 ans ou plus.

La décision :

  • confirme si oui ou non votre enfant a une anomalie;
  • explique ce que c’est, le cas échéant;
  • décrit les forces et faiblesses de l’enfant;
  • indique dans quel type de classe l’enfant doit être placé;
  • recommande à l’école certains programmes et services.

L’école doit respecter la décision de la CIPR sur le placement de l’enfant, y compris le temps que ce dernier doit passer avec un éducateur spécialisé ou dans une classe spécialisée.

Elle n’est pas obligée de respecter les recommandations sur les programmes et services. Ce ne sont que des suggestions.

Placements possibles

Le CIPR peut placer votre enfant dans :

  • une classe ordinaire toute la journée, où il recevra une aide particulière de l’enseignant principal;
  • une classe ordinaire toute la journée, avec l’aide d’un enseignant spécialisé;
  • en partie dans une classe ordinaire (au moins la moitié de la journée) et en partie dans une classe spécialisée;
  • en partie dans une classe spécialisée (au moins la moitié de la journée) et en partie dans une classe ordinaire;
  • dans une classe spécialisée toute la journée.

Si votre enfant peut obtenir le soutien dont il a besoin dans une classe ordinaire, c’est là que le CIPR doit essayer de le placer.

Accepter ou non la décision

Vous avez 30 jours pour dire au directeur si vous êtes d’accord ou non avec la décision.

Si vous êtes d’accord, vous signez un document d’acceptation.

Sinon, vous pouvez :

  • soit demander une rencontre de suivi avec le CIPR;
  • soit en appeler à la Commission d’appel en matière d’éducation de l’enfance en difficulté. Pour en savoir plus à ce sujet, consultez l’étape 5.

Si vous souhaitez rencontrer le CIPR, vous devez en faire la demande au directeur dans les 15 jours suivant la décision. À la rencontre de suivi, dites au CIPR ce qui vous pose problème et ce que vous préférez comme solution. Si votre enfant a 16 ans ou plus, il peut aussi donner son avis.

Si vous n’êtes toujours pas d’accord avec la décision après cette rencontre, vous pouvez en appeler à la Commission d’appel.

Cacher ce site