Que dois-je faire pour reprendre le travail après ma blessure?

4. Collaborez avec votre employeur, votre médecin et la CSPAAT

Demander des mesures d’adaptation

Vous pouvez demander à votre employeur de prendre des mesures d’ qui vous aideront à retourner travailler.

Ce peut être n’importe quoi qui sert à éliminer les obstacles à votre retour. Par exemple :

  • des changements à votre poste de travail, comme un tabouret pour vous asseoir au besoin;
  • des aides techniques, comme un logiciel de commande vocale pour votre ordinateur ou des écouteurs avec microphone pour votre téléphone;
  • un horaire variable ou des changements à votre horaire;
  • des changements à votre description de poste pour enlever ou ajouter des tâches.

La CSPAAT peut ordonner à votre employeur de vous aider à reprendre le travail. Votre employeur ne peut refuser que s’il peut prouver que les mesures d’adaptation requises lui causeraient ce que la CSPAAT appelle un .

Si votre employeur compte 20 employés ou plus et que vous travaillez pour lui depuis plus d’un an, il pourrait être obligé de vous offrir un autre poste si les deux conditions suivantes s’appliquent :

  • votre médecin dit que votre situation ne s’améliorera pas;
  • votre médecin ou vos autres spécialistes médicaux disent que vous n’êtes pas capable d’accomplir les tâches principales de votre ancien poste, même avec des mesures d’adaptation.

Votre employeur peut vous offrir un poste à temps partiel même si vous étiez un employé à temps plein avant votre blessure ou votre accident. Cette situation peut se produire si votre médecin ne croit pas que vous pouvez reprendre le travail à temps plein ou si la CSPAAT vous offre une formation pour que vous puissiez travailler à temps plein plus tard. La CSPAAT pourrait vous donner 85 % du revenu que vous perdez en travaillant à temps partiel plutôt qu’à temps plein.

Si votre employeur vous offre un autre type de travail, vous devez collaborer avec lui, votre médecin et les chargés de cas spécialisés de la Commission de la sécurité professionnelle et de l’assurance contre les accidents du travail (CSPAAT) pour déterminer ce qui est le mieux pour vous. Un chargé de cas spécialisé peut aussi vous aider à créer un plan de réintégration à long terme.

Cacher ce site