Mon enfant a des difficultés d’apprentissage. L’école est-elle obligée de l’aider?

2. Entamez le processus du CIPR

Seul un comité d'identification, de placement et de révision (CIPR) peut confirmer officiellement l'anomalie de votre enfant. Si ce dernier a des difficultés à l'école, c'est normalement une bonne idée de demander l'avis d'un CIPR.

Début du processus

Vous avez le droit de faire évaluer votre enfant par un CIPR. Si vous en faites la demande, le directeur ne peut pas refuser; il doit entamer le processus.

Pour commencer, il suffit d'envoyer votre demande écrite au directeur par courrier ou par courriel. Gardez-en une copie.

Le directeur doit ensuite vous fournir, dans les 15 jours qui suivent :

  • une réponse écrite;
  • une copie du guide des parents expliquant le processus;
  • la date approximative de la rencontre du CIPR, laquelle peut être très proche ou dans quelques semaines, voire plus.

Le directeur peut aussi entamer lui-même le processus sans votre permission, ni même votre accord, par exemple si l'enseignant de votre enfant le croit nécessaire.

Fournir de l’information au CIPR

Les parents et les élèves de 16 ans ou plus ont le droit :

  • d'assister à toutes les rencontres et discussions du CIPR;
  • de fournir au CIPR de l'information qu'ils croient utile;
  • d'obtenir une copie de tout renseignement écrit présenté au CIPR concernant l'élève.

Exemples d'information utile :

  • les antécédents médicaux de l'enfant, surtout les diagnostics en lien avec l'anomalie;
  • l'avis écrit d'un psychologue ou d'un autre professionnel de la santé sur les services et mesures de soutien nécessaires;
  • l'évaluation psychopédagogique, c'est-à-dire le rapport d'un psychologue expliquant comment fonctionne le cerveau de l'enfant, en particulier ce qui est unique ou différent chez lui, et parfois un diagnostic officiel. Une bonne évaluation devrait comprendre des recommandations précises sur les services, les mesures de soutien ou les programmes qui seraient utiles. Puisque ce type de rapport coûte cher, les conseils scolaires ne couvrent les frais que dans certaines situations. Si votre conseil refuse de couvrir ces frais, vous pouvez faire appel à un psychologue au privé;
  • l'avis écrit d'autres experts compétents;
  • vos propres observations ou celles de l'enfant, d'un enseignant ou de quelqu'un d'autre concernant les services et mesures de soutien qui ont déjà fonctionné.

Il arrive que le CIPR veuille parler à l'élève. Vous pouvez accepter ou refuser. Si l'enfant a 16 ans ou plus, il choisit lui-même.

Cacher ce site