Un médecin peut-il m’obliger à suivre un traitement?

1. Sachez comment fonctionne le consentement

Le consentement est une permission dont a besoin votre pour vous traiter.

Consentement exprès ou tacite

Il existe 2 types de consentement :

  1. le consentement exprès, qui se donne à l’oral ou par écrit, par exemple en disant « oui, d’accord » ou en signant un document de consentement;
  2. le consentement tacite, qui se donne par une action, par exemple en roulant votre manche et en présentant votre bras pour signaler à l’infirmière que vous acceptez de recevoir une injection.

Consentement valide

Pour que votre consentement soit valide, il doit être éclairé et volontaire.

Si votre consentement est éclairé, cela veut dire que vous avez l’information nécessaire pour prendre une décision. Cette information porte sur :

  • la façon dont le est administré;
  • les résultats prévus;
  • les risques possibles;
  • les effets secondaires;
  • les autres options de traitement;
  • ce qui peut se passer si vous n’êtes pas traité.

L’information qu’on vous donne doit être véridique. Par exemple, le médecin ne peut pas vous dire qu’il n’y a pas de risque si ce n’est pas vrai.

Si votre consentement est volontaire, cela veut dire que vous aviez véritablement l’option de dire « non ». Ce n’est pas le cas si quelqu’un vous menace ou vous force à suivre le traitement, si le médecin vous dit que vous devez l’accepter pour pouvoir prendre rendez-vous avec lui, ou si un membre de votre famille vous oblige à le suivre.

Retirer ou annuler son consentement

Vous pouvez changer d’idée n’importe quand, même si le traitement a déjà commencé. Si vous n’êtes plus d’accord avec un traitement que vous avez déjà accepté, dites-le tout de suite à votre professionnel de la santé; il devra arrêter de vous traiter.

Urgences

En cas d’urgence, un professionnel de la santé peut vous traiter sans votre consentement, mais seulement si votre état est grave ou risque de le devenir si vous n’êtes pas traité rapidement.

Par exemple, si vous faites une crise cardiaque, une infirmière ou un médecin peut vous réanimer sans votre consentement. Si, pendant une crise, vous devenez violent, un psychiatre peut vous offrir du counseling d’urgence ou vous donner des médicaments pour vous calmer, et ainsi éviter que vous vous blessiez ou que vous blessiez les autres. Cela dit, même en cas d’urgence, le professionnel de la santé devrait essayer d’obtenir votre permission ou celle de votre .

Cacher ce site